Moteur de Recherche de l'Industrie Pharmaceutique [websites sélectionnés]

Loading

Archives du blog

jeudi 28 octobre 2010

Application iSommeil : mon mobile veille sur mon sommeil

isommeil application iphoneMERCREDI 20 OCTOBRE - L’application iSommeil sur votre portable - Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’Economie Numérique, a lancé en 2009 le projet « Proxima Mobile », premier portail de services publics sur téléphones mobiles. Initiative unique en Europe, ce portail est coordonné par la Délégation aux Usages d’Internet (DUI) et a fait l’objet d’un appel à projets, doté de 10 millions d’euros, permettant de financer les premiers projets. Au-delà de ces services facilitant le quotidien, « Proxima Mobile » est devenu le label garantissant aux citoyens que chaque application accueillie sur ce portail répond à 4 critères essentiels : intérêt général, gratuité, accessibilité et ergonomie.

isommeil enregistreur sommeil ronflement apnées
cliquer sur l'image pour l'agrandir

Lauréate de l’appel à projet, l’application « iSommeil » développée par le Pr Damien Léger, responsable de l’unité fonctionnelle d’exploration et de prise en charge des troubles du sommeil et de la vigilance de l’ Hôtel Dieu (AP-HP), et Maxime Elbaz, a été lancée en septembre dernier. Cette application vise à améliorer la qualité de vie de toute personne souffrant d’insomnie ou de troubles du sommeil. En France, l’insomnie touche 20% des adultes et 10% de façon sévère. Or, la privation de sommeil chronique augmente le risque d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires, l’anxiété et la dépression.

isommeil éveil sommeil
cliquer sur l'image pour l'agrandir

En utilisant son mobile, l’utilisateur iSommeil pourra en quelques jours obtenir son profil de « dormeur », le confronter aux besoins connus et se comparer en fonction des conseils reçus. L’application permet de dépister insomnie, apnées , somnolence et de transmettre à son médecin les chiffres clés de son sommeil.
Elle donne le signal du sommeil et facilite l’endormissement par des séquences lumineuses et sonores scientifiquement validées. iSommeil donne également des conseils pour mieux dormir et géolocaliser les centres du sommeil les plus proches.

mercredi 27 octobre 2010

MonKronoSanté : application Pfizer pour iPad et iPhone au service du patient et du médecin

MonKronoSanté Pfizer application médicale sur iphone et ipad ...MonKronoSanté est une application simple, qui permet à chaque patient atteint d’une maladie chronique de noter tous les événements de santé qui surviennent au fur et à mesure du temps mais aussi de pouvoir les transmettre lors de la consultation avec son médecin.
Également disponible sur iPhone, MonKronoSanté permet de centraliser l’ensemble des informations médicales de sa famille en un seul endroit, ainsi que la possibilité de composer un appel d’urgence...

[...]

...MonKronoSanté : 5 rubriques pour suivre sa pathologie chronique

A l’initiative de ce projet, le Dr Vincent Varlet, directeur e-Communication de Pfizer, souligne : « Cette nouvelle application iPad constitue une révolution technologique au service de la relation médecin-patient dont nous sommes fiers d’être les pionniers. MonKronoSanté fonctionne en WIFI ; les données échangées voyagent directement de l’iPad ou de l’iPhone du patient à celui du médecin ou inversement, sans être enregistrées dans aucune base de données et sans qu’aucun tiers puisse accéder à ces données »

MonKronoSanté pfizer application iphone
cliquer sur l'image pour l'agrandir

  • Une rubrique « Personnel » permet de stocker des informations pratiques, coordonnées (adresse, email, téléphones) mais aussi numéro de sécurité sociale, de mutuelle, des numéros administratifs et autres codes d’accès (Sécurité Sociale, Mutuelle, organisme d’invalidité, etc.).
  • Une rubrique « annuaire » permet de stocker toutes les coordonnées des interlocuteurs médicaux. C’est ainsi que le patient pourra compléter des fiches pour son médecin traitant, les autres médecins, les établissements de soins (hôpitaux, hôpitaux de jour, clinique, centre de rééducation…), la pharmacie, les centres d’hospitalisation à domicile (HAD), les infirmières, kinésithérapeutes et tous les autres acteurs de santé partenaires (gestion des déchets médicaux ou DASRI, centres de formation, écoles).
  • Une rubrique "liste des événements" permet de stocker des informations que le patient souhaite noter afin de pouvoir les mentionner lors de sa prochaine consultation, telles que : la date, ce qu’il s’est passé, comment le patient a réagi, s’il a contacté quelqu’un, l’évolution de la situation après la prise en charge. Ainsi, il peut envoyer ou imprimer (via le widget) la liste des événements survenus entre deux consultations.
  • Une rubrique "suivis et scores" permet de noter 3 catégories de données utiles pour le patient et les soignants. - Si il doit surveiller un symptôme particulier avec un score de suivi conseillé par son médecin (échelle de douleur, chiffres d’hypertension, de qualité de vie, de mobilité, de raideur…), il notera la date et le chiffre de ce score ; une courbe de suivi sera mise à jour et le patient pourra surveiller plus facilement les écarts selon les conseils du médecin. - Le patient peut aussi stocker une liste de conseils du médecin (conseil hygiéno-diététique, liste de traitements à suivre, aide-mémoire divers…). - De même si le patient doit régulièrement pratiquer des examens complémentaires (examens biologiques, épreuves fonctionnelles, etc.) il peut noter les résultats lors de la réception ou à l’occasion de la consultation... [PDF] communiqué de presse Pfizer du 14 avril 2010 - monKronoSanté sur iTunes -

mardi 26 octobre 2010

Pôle Cancer-Bio-Santé : lancement de son nouveau site internet www.cancerbiosante.fr

Lancement du nouveau site internet du Pôle Cancer-Bio-Santé
18 Octobre 2010 : le Pôle Cancer-Bio-Santé met en ligne son nouveau site web

Objectif : disposer d’un outil fonctionnel et convivial, misant sur la richesse des informations et du contenu afin de mettre en avant l’actualité de CBS mais aussi celles des adhérents du Pôle ainsi que l’actualité sectorielle d’intérêt pour la communauté Cancer-Bio-Santé.



Un nouveau site Web pour le Pôle CBS

S’inspirant des sites de presse, privilégiant l’information, le nouveau site web de CBS mise sur un graphisme moderne et épuré avec une page d’accueil conviviale, agrémentée de vidéos et sur un contenu riche et actualisé...

Pôle Cancer-Bio-Santé nouveau site web www.cancerbiosante.fr
cliquer sur l'image pour l'agrandir

[...]

...Objectifs : Communication, Promotion, Animation !



En se dotant de ce nouvel outil et en se positionnant résolument vers une communication innovante, le Pôle CBS renforce sa stratégie de communication, en complémentarité avec les supports et outils classiques (plaquette, rapport d’activité, Rendez-Vous du Pôle, relations presse…).

A travers cette vitrine web et les supports associés, le Pôle a cinq objectifs :

  • Accroître la visibilité du Pôle Cancer-Bio-Santé en Midi-Pyrénées et Limousin, en France et dans le monde, grâce à une version partielle en anglais ;

  • Renforcer la lisibilité et l’impact de ses actions et des services proposés aux adhérents ;

  • Offrir à ses adhérents un support de communication et de diffusion de leurs informations à travers une rubrique Actualités laissant la place aux informations issues des entreprises et organismes membres du Pôle ;

  • Constituer un espace communautaire, servant de support à l’animation de la communauté CBS à travers un annuaire, des fiches de présentation des membres et un suivi des projets ;

lundi 25 octobre 2010

SFR et Agfa HealthCare : accord pour proposer aux établissements de santé une solution d’archivage externalisé des données d’imagerie médicale

Agfa HealthCareOctober 22, 2010 - SFR Business Team et Agfa HealthCare signent un accord pour proposer aux établissements de santé une solution d’archivage externalisé des données d’imagerie médicale
- A l’occasion des Journées Françaises de Radiologie, SFR Business Team et Agfa HealthCare annoncent la signature d’un accord pour la mise en œuvre d’une plate-forme mutualisée de services d’archivage à destination des hôpitaux, cliniques et centres de radiologie. Cet accord permettra aux établissements de santé désireux d’utiliser une solution d’archivage hébergé de le faire immédiatement. Il s’inscrit dans la perspective plus lointaine du projet « France Sans Film » portant sur la généralisation au plan national des PACS (systèmes de communication et d’archivage pour l’imagerie médicale).

Ce partenariat repose sur la complémentarité des expertises de deux acteurs majeurs dans leurs domaines.

SFR Business Team
Premier opérateur alternatif sur le marché des entreprises, SFR Business Team apporte sa maîtrise des réseaux télécoms et, à travers sa Business Unit Services Hébergés, ses infrastructures d'hébergement et son expertise dans l'infogérance de plates-formes à haute criticité.
Agfa HealthCare fournit aux établissements de santé ses compétences dans les services applicatifs de l'imagerie médicale et du PACS et sa connaissance des solutions régionales d'imagerie déjà déployée dans de nombreux pays via la solution IMPAX Data Center.
Agfa HealthCare est un éditeur et intégrateur majeur des Systèmes d'information Hospitaliers (SIH) disposant d'un portefeuille de solutions complet couvrant l'ensemble des besoins des établissements de santé (SIH, Dossier patient, Systèmes d'information pour la radiologie et pour le laboratoire, PACS).
Ensemble, les deux partenaires offrent une solution d'archivage visant à simplifier et à rationaliser le stockage et la gestion à distance des données d'imagerie médicale. La plate-forme mutualisée permet d'archiver, de transférer et, à terme, de partager les données en temps réel. Pour les professionnels, les bénéfices sont nombreux : rapidité et efficacité accrues, travail collaboratif favorisé, fonctionnalités de gestion avancées, systèmes d'informations simplifiés. Ce service est, en outre, associé à une tarification à l'usage.... lire tout le communiqué de presse sur : SFR ou Agfa HealthCare -

vendredi 22 octobre 2010

Décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine

Publication du décret relatif à la télémédecine
JORF n°0245 du 21 octobre 2010
Texte n°13

DÉCRET N° 2010-1229 DU 19 OCTOBRE 2010 RELATIF À LA TÉLÉMÉDECINE

NOR: SASH1011044D

DÉCRET N° 2010-1229 DU 19 OCTOBRE 2010 RELATIF À LA TÉLÉMÉDECINE Publication du décret relatif à la télémédecine journal officiel république française JORF n°0245 du 21 octobre 2010 Texte n°13 première page
cliquer sur l'image pour l'agrandir

extrait :

"...Article 1
Après le chapitre V du titre Ier du livre III de la sixième partie du code de la santé publique est ajouté un chapitre VI ainsi rédigé :

« Chapitre VI
« Télémédecine
« Section 1
« Définition

« Art. R. 6316-1. - Relèvent de la télémédecine définie à l'article L. 6316-1 les actes médicaux, réalisés à distance, au moyen d'un dispositif utilisant les technologies de l'information et de la communication. Constituent des actes de télémédecine :
« 1° La téléconsultation, qui a pour objet de permettre à un professionnel médical de donner une consultation à distance à un patient. Un professionnel de santé peut être présent auprès du patient et, le cas échéant, assister le professionnel médical au cours de la téléconsultation. Les psychologues mentionnés à l'article 44 de la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 portant diverses dispositions d'ordre social peuvent également être présents auprès du patient ;
« 2° La téléexpertise, qui a pour objet de permettre à un professionnel médical de solliciter à distance l'avis d'un ou de plusieurs professionnels médicaux en raison de leurs formations ou de leurs compétences particulières, sur la base des informations médicales liées à la prise en charge d'un patient ;
« 3° La télésurveillance médicale, qui a pour objet de permettre à un professionnel médical d'interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical d'un patient et, le cas échéant, de prendre des décisions relatives à la prise en charge de ce patient. L'enregistrement et la transmission des données peuvent être automatisés ou réalisés par le patient lui-même ou par un professionnel de santé ;
« 4° La téléassistance médicale, qui a pour objet de permettre à un professionnel médical d'assister à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d'un acte ;
« 5° La réponse médicale qui est apportée dans le cadre de la régulation médicale mentionnée à l'article L. 6311-2 et au troisième alinéa de l'article L. 6314-1.

« Section 2
« Conditions de mise en oeuvre

« Art. R. 6316-2. - Les actes de télémédecine sont réalisés avec le consentement libre et éclairé de la personne, en application notamment des dispositions des articles L. 1111-2 et L. 1111-4.
« Les professionnels participant à un acte de télémédecine peuvent, sauf opposition de la personne dûment informée, échanger des informations relatives à cette personne, notamment par le biais des technologies de l'information et de la communication.
« Art. R. 6316-3. - Chaque acte de télémédecine est réalisé dans des conditions garantissant :
« 1° a) L'authentification des professionnels de santé intervenant dans l'acte ;
« b) L'identification du patient ;
« c) L'accès des professionnels de santé aux données médicales du patient nécessaires à la réalisation de l'acte ;
« 2° Lorsque la situation l'impose, la formation ou la préparation du patient à l'utilisation du dispositif de télémédecine.
« Art. R. 6316-4. - Sont inscrits dans le dossier du patient tenu par chaque professionnel médical intervenant dans l'acte de télémédecine et dans la fiche d'observation mentionnée à l'article R. 4127-45 :
« 1° Le compte rendu de la réalisation de l'acte ;
« 2° Les actes et les prescriptions médicamenteuses effectués dans le cadre de l'acte de télémédecine ;
« 3° L'identité des professionnels de santé participant à l'acte ;
« 4° La date et l'heure de l'acte ;
« 5° Le cas échéant, les incidents techniques survenus au cours de l'acte.
« Art. R. 6316-5. - Les actes de télémédecine sont pris en charge dans les conditions prévues aux articles L. 162-1-7, L. 162-14-1, L. 162-22-1, L. 162-22-6, L. 162-32-1 et L. 165-1 du code de la sécurité sociale.
« Section 3
« Organisation

« Art. R. 6316-6. - L'activité de télémédecine et son organisation font l'objet :
« 1° Soit d'un programme national défini par arrêté des ministres chargés de la santé, des personnes âgées, des personnes handicapées et de l'assurance maladie ;
« 2° Soit d'une inscription dans l'un des contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens ou l'un des contrats ayant pour objet d'améliorer la qualité et la coordination des soins, tels qu'ils sont respectivement mentionnés aux articles L. 6114-1, L. 1435-3 et L. 1435-4 du code de la santé publique et aux articles L. 313-11 et L. 313-12 du code de l'action sociale et des familles ;
« 3° Soit d'un contrat particulier signé par le directeur général de l'agence régionale de santé et le professionnel de santé libéral ou, le cas échéant, tout organisme concourant à cette activité.
« Les contrats mentionnés aux 2° et 3° du présent article doivent respecter les prescriptions du programme relatif au développement de la télémédecine mentionné à l'article L. 1434-2 du code de la santé publique.
« Art. R. 6316-7. - Les programmes et les contrats mentionnés à l'article R. 6316-6 précisent les conditions dans lesquelles s'exerce l'activité de télémédecine, en tenant compte notamment des spécificités de l'offre de soins dans le territoire considéré.
« Ils précisent en particulier les modalités retenues afin de s'assurer que le professionnel médical participant à un acte de télémédecine respecte les conditions d'exercice fixées à l'article L. 4111-1 ou à l'article L. 4112-7 ou qu'il est titulaire d'une autorisation d'exercice délivrée par le ministre chargé de la santé et qu'il satisfait à l'obligation d'assurance prévue à l'article L. 1142-2.
« Art. R. 6316-8. - Les organismes et les professionnels de santé qui organisent une activité de télémédecine, à l'exception de la réponse médicale donnée dans le cadre de la régulation médicale, concluent entre eux une convention respectant les dispositions inscrites dans les contrats ou programmes mentionnés à l'article R. 6316-6. Cette convention organise leurs relations et les conditions dans lesquelles ils mettent en oeuvre les exigences mentionnées dans le présent chapitre.
« Art. R. 6316-9. - Les organismes et les professionnels libéraux de santé qui organisent une activité de télémédecine s'assurent que les professionnels de santé et les psychologues participant aux activités de télémédecine ont la formation et les compétences techniques requises pour l'utilisation des dispositifs correspondants.
« Art. R. 6316-10. - Les organismes et les professionnels de santé utilisateurs des technologies de l'information et de la communication pour la pratique d'actes de télémédecine s'assurent que l'usage de ces technologies est conforme aux dispositions prévues au quatrième alinéa de l'article L. 1111-8 du code de la santé publique relatif aux modalités d'hébergement des données de santé à caractère personnel.
« Le consentement exprès de la personne, prévu au premier alinéa de ce même article L. 1111-8, peut être exprimé par voie électronique.
« Art. R. 6316-11. - L'activité de télémédecine peut bénéficier des financements prévus aux articles L. 221-1-1 et L. 162-22-13 du code de la sécurité sociale ainsi que dans les conditions prévues aux articles L. 314-1 et L. 314-2 du code de l'action sociale et des familles. »...
sources : ASIP Santé - Légifrance -

mercredi 20 octobre 2010

« Mobile Health 2010 » : étude Pew Internet sur l'utilisation de l'Internet mobile santé et des applications médicales pour smartphones

19 octobre 2010 - Pew Internet Project publie une étude réalisée avec la California HealthCare Foundation sur l'utilisation aux États-Unis de l'Internet Santé Mobile ou e-santé mobile (Mobile eHealth) : Mobile Health 2010.
On y découvre que :
  • 17% des possesseurs de téléphones mobiles ont recherché de l'information médicale ou santé avec (29% chez les 18-29 ans)

    mobile health 2010 recherche information sur internet avec téléphones mobiles smartphones
    cliquer sur l'image pour l'agrandir

  • 9% des possesseurs de téléphones mobiles ont des applications ou « apps » qui les aident à suivre et gérer leur santé (15% chez les 18-29 ans)

pourcentage utilisation des applications apps pour mobile health 2010 étude pew internet survey
cliquer sur l'image pour l'agrandir

mardi 19 octobre 2010

L'opération Pangea III INTERPOL-IMPACT cible la vente en ligne de médicaments illicites et de contrefaçon dans le monde entier

Une opération internationale cible la vente en ligne de médicaments illicites et de contrefaçon - La sécurité du public au centre d'une opération INTERPOL-IMPACT menée sur Internet contre la vente de médicaments illicites et de contrefaçon dans le monde entier
LYON (France), 14 octobre 2010 – Plus de 40 pays ont participé à une semaine internationale d'action contre la vente de médicaments illicites et de contrefaçon sur Internet, laquelle visait à sensibiliser le public aux risques sanitaires liés à l'utilisation de ces médicaments et a donné lieu à une série d'arrestations dans le monde entier ainsi qu'à la saisie de milliers de produits médicaux potentiellement dangereux.



L'opération Pangea III, qui cible les sites Web proposant des médicaments illicites et dangereux, est la plus vaste opération de ce type menée sur Internet à l'appui de l'action du Groupe spécial international anticontrefaçon de produits médicaux (IMPACT). Elle a été coordonnée par INTERPOL, l'Organisation mondiale des douanes (OMD), le Permanent Forum of International Pharmaceutical crime (PFIPC), le Heads of Medicines Agencies Working Group of Enforcement Officers (HMA WGEO), l'industrie pharmaceutique et les sociétés de paiements électroniques.

Cette opération mondiale, qui s'est déroulée du 5 au 12 octobre avec le concours de la police, de la douane ainsi que des organismes nationaux de contrôle des médicaments, et le soutien de fournisseurs d'accès à Internet (FAI), de sociétés spécialisées dans les systèmes de paiement et de sociétés de messagerie, s'est concentrée sur les trois principaux services utilisés abusivement par les sites Web illicites pour mener à bien leurs activités, à savoir les fournisseurs d'accès à Internet, les systèmes de paiement électronique et les services de messagerie.



« Par cette opération multisectorielle réunissant les services chargés de l'application de la loi et les autorités sanitaires, l'objectif principal d'INTERPOL dans l'opération Pangea III était d'alerter et de protéger le public en aidant nos 188 pays membres à fermer des sites Web proposant des produits pharmaceutiques illicites, à suivre les mouvements d'argent et à remonter jusqu'aux personnes responsables de la vente de ces produits, qui représentent une si grande menace pour la santé des populations », a déclaré le Secrétaire Général, M. Ronald K. Noble, en soulignant l'importance des partenariats internationaux clés entre INTERPOL et des organismes tels que l'Organisation mondiale de la santé ou l'Organisation mondiale des douanes.

« Alors même que cette opération internationale – la troisième du genre – démontre que les malfaiteurs qui tentent d'utiliser Internet comme un espace sûr et anonyme ne peuvent plus agir en toute tranquillité, nous espérons qu'en sensibilisant les consommateurs aux dangers des pharmacies illégales sévissant sur Internet, ils se montreront plus circonspects lors de l'achat de médicaments en ligne », a ajouté M. Noble.



Pendant cette opération, au cours de laquelle 45 pays participants ont transmis des informations à un centre d'opérations spécialisé au siège du Secrétariat général d'INTERPOL, à Lyon, la surveillance d'Internet a permis de détecter 694 sites Web utilisés pour des activités illicites, dont 290 ont pu être fermés. Par ailleurs, quelque 268 000 colis ont été inspectés par les agents des douanes et des organismes de contrôle des médicaments ; près de 11 000 colis ont été saisis et plus d'un million de comprimés illicites et de contrefaçon – notamment d'antibiotiques, de stéroïdes, d'anticancéreux, d'antidépresseurs, d'anti-épileptiques, de médicaments pour maigrir et de compléments alimentaires – confisqués. Quelque 76 personnes font actuellement l'objet d'une enquête ou sont en détention pour diverses infractions, notamment la vente et la fourniture illicites de médicaments non autorisés ou délivrés uniquement sur ordonnance... lire tout le communiqué de presse d'Interpol - Interpol sur YouTube -

jeudi 14 octobre 2010

PLATINES : PLATeforme d'INformations sur les Etablissements de Santé MCO (Médecine, Chirurgie, Obstétrique).

PLATINES : PLATeforme d'INformations sur les Etablissements de Santé MCO (Médecine, Chirurgie, Obstétrique).

A QUOI SERT CE SITE?
  • À fournir des informations sur les principales caractéristiques (équipement, activité, particularités…) des établissements de santé de court-séjour (activités de médecine, de chirurgie ou d’obstétrique)
  • À diffuser les résultats des indicateurs de qualité des soins généralisés et de lutte contre les infections nosocomiales et les résultats de la procédure de certification
A QUI EST DESTINE CE SITE?
  • Aux usagers, aux professionnels de santé, aux établissements de santé et aux institutionnels
  • À tous ceux qui recherchent des renseignements et des indicateurs sur les établissements de santé
Le site vous permet de consulter la fiche d’information de tous les établissements de santé privés et publics situés en France métropolitaine ou dans les départements d’outre-mer (DOM) qui déclarent des capacités en médecine, en chirurgie ou en obstétrique....

PLATINES : PLATeforme d'INformations sur les Etablissements de Santé MCO (Médecine, Chirurgie, Obstétrique)
cliquer sur l'image pour l'agrandir

Sources et résultats ?

La plupart de ces données sont collectées annuellement auprès des établissements de santé par le Ministère chargé de la santé dans le cadre de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE) et du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI).

Le site PLATINES est mis à jour et complété au fur et à mesure par des informations plus précises, en particulier dans le domaine de la qualité des soins....

mercredi 13 octobre 2010

Hospitalisation à domicile : Partenariat entre BlueKanGo et Orange pour répondre aux besoins de mobilité des personnels de santé

BlueKanGoParis, le 7 septembre 2010 - Hospitalisation à domicile : Partenariat entre la société BlueKanGo et Orange Business Services pour répondre aux besoins de mobilité des personnels de santé - Lancement d’une première offre basée sur la tablette iPad d’Apple - Le secteur de l’hospitalisation à domicile (HAD) est en pleine croissance en France avec de belles perspectives de développement mais aussi de fortes contraintes économiques liées au secteur de la santé. Il est fortement encouragé par la gouvernance de la santé publique. C’est un marché porteur puisque plus de 9000 personnes seront à équiper à court terme.
Dans ce contexte, BlueKanGo, leader français de la gestion intégrée de la qualité, de la certification et des risques et vigilances, avec 24% des établissements de santé, a choisi Orange comme partenaire pour proposer à ses clients une offre packagée tout inclus, dédiée aux personnels du secteur de l'Hospitalisation à Domicile. Cette offre sera basée sur les solutions de gestion de BlueKanGo en mode SaaS, les offres de data mobile d’Orange Business Services (gamme Business Everywhere) et la tablette PC iPad d’Apple. Cette collaboration est une première dans ce secteur.

Un partenariat commercial inédit entre 2 acteurs experts de leur domaine

Le succès de cette opération innovante, repose sur le partenariat inédit entre 2 acteurs experts de leur domaine :
- La société BlueKanGo, leader français de la gestion intégrée QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement) en mode SaaS,
- Orange Business Services, opérateur de référence en services de communication pour les entreprises, via sa Direction des Ventes Indirectes et qui s’appuie sur le savoir faire développé par l’opérateur dans le domaine de la santé à travers Orange Healthcare, la division santé du groupe Orange.

Orange Healthcare, la division santé du groupe Orange
Jean-Marc BRIAND, Président de la société BlueKanGo souligne : « avec notre offre SaaS, BlueKanGo a la volonté d’apporter une solution "clé en main" d’aide à la collecte jusqu'au pilotage stratégique QHSE, en réduisant les coûts cachés de la non-qualité et en développant la performance business de nos clients. Adossée aux solutions data mobiles d’Orange Business Services, la solution BlueKanGo en mode SaaS a tous les atouts pour séduire nos clients. »
Luc BRETONES, Directeur des Ventes Indirectes chez Orange Business Services, témoigne : « le développement de nos partenariats dans le secteur de la santé et en particulier de l’Hospitalisation à Domicile (HAD) et des Services à la Personnes (SAP), nous permet de répondre de façon innovante et réactive aux besoins de ces activités en forte évolution. L’association du savoir-faire de BlueKanGo et d’Orange Business Services se traduit concrètement par de nouveaux usages métier au bénéfice direct des patients. »

Une solution simple et complète, adaptée aux besoins des personnels

L’HAD est un secteur qui, par nature, demande des solutions de mobilité permettant d’assurer un suivi efficace des patients et des soins, hors du contexte hospitalier classique. En effet, les intervenants en Hospitalisation à Domicile travaillent presque exclusivement en situation de mobilité. Ils ont donc besoin d’équipements et de solutions mobiles performants et fiables, facilitant leurs démarches, tout en offrant confort et simplicité d’utilisation....lire tout le PDF du communiqué de presse de BlueKanGo -

mardi 12 octobre 2010

[Santedemain.org] Semaines du Dialogue - 5ème édition 2010 : Les entreprises du médicament (Leem) répondent aux questions des internautes...

Semaines du Dialogue - 5ème édition 2010, à partir du 11 octobre - sur santedemain.org : Les entreprises du médicament (Leem) répondent aux questions des internautes sur le thème : « notre santé : demain, quels progrès ? »

L’idée de créer une semaine de dialogue entre les acteurs de santé et le grand public vient d’un constat simple. Les entreprises du médicament (Leem) ne peuvent pas communiquer vers le public sur les médicaments sous prescription médicale. Ce n’est pourtant pas faute de posséder la plus grande partie des sources d’informations sur les médicaments qu’elles conçoivent et auxquels elles ont consacré des années de Recherche et Développement. Mais cette absence de dialogue favorise une perception critique de l’opinion.

Les citoyens sont en demande de transparence vis-à-vis des industriels du secteur. À l’écoute de l’opinion, le Leem apporte une réponse en 2006 : un événement grand public national. La « Semaine du médicament » est née.

Semaines du Dialogue - 5ème édition 2010, à partir du 11 octobre - sur santedemain.org : Les entreprises du médicament (Leem) répondent aux questions des internautes sur le thème :  notre santé : demain, quels progrès ?
- cliquer sur l'image pour l'agrandir -

Dans la rubrique « Dialoguons » du site Internet dédié à cet événement, les internautes peuvent poser leurs questions sur le thème : « notre santé : demain, quels progrès ? »

jeudi 7 octobre 2010

Irdes : Les bases Eco-Santé 2010 en ligne

IRDES [Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé]ECO-SANTE 2010
Disponible en ligne sur
www.ecosante.fr
Les bases de données Eco-Santé, produites par l'Irdes en partenariat avec la Drees, la Cnamts, la Mutualité Française, le RSI et la MSA, proposent gratuitement sur Internet un accès aux principales séries statistiques du système de santé français.
Des pages d’aide sont attachées aux séries qui remontent, pour certaines d’entre elles, à 1950. Ces pages renseignent sur la source, le champ, les disponibilités des données et mettent aussi à disposition des définitions et liens bibliographiques qui permettent d’approfondir les recherches.

Nouveauté septembre 2010
Les comptes de la santé 2009

Les Comptes nationaux de la santé, compte satellite de la Comptabilité nationale, évaluent chaque année les dépenses effectuées dans le secteur de la santé et détaillent ses composantes majeures : la dépense courante de santé (DCS) et la consommation de soins et biens médicaux (CSBM). En 2009, le montant de la DCS s’élève à 223,1 milliards d’euros, soit une augmentation de + 4 % comparée à 2008. Cette évolution est due à la forte croissance des dépenses de soins aux personnes âgées en établissement (+15,1 % ) et des dépenses de prévention (+12,9 %), liées au surcoût engendré par la grippe H1N1. La CSBM, qui représente les quatre cinquièmes de la DCS, a également augmenté en 2009 atteignant 175,7 milliards d’euros, soit 9,2 % du produit intérieur brut (PIB) contre 8,7 % en 2008. En valeur, la CSBM enregistre néanmoins un ralentissement de sa croissance, +3,3 % en 2009 contre +3,7 % en 2008.
Les bases Eco-Santé en ligne

Les bases de données Eco-Santé, Irdes 2010
- cliquer sur l'image pour l'agrandir -

Pour analyser le système de santé français et réaliser des comparaisons internationales www.ecosante.fr vous offre un accès convivial et immédiat à de nombreuses séries statistiques officielles, soit plus de 6 millions de chiffres sur les thèmes suivants : Dépenses de santé; Etat de santé; Professions de santé; Hôpitaux; Secteur pharmaceutique; Protection sociale; Démographie; Indicateurs économiques...

Les données sont accessibles gratuitement pour Eco-Santé France, Eco-Santé Régions & départements, Eco-Santé Assurance Maladie et Eco-Santé Québec et sur abonnement pour Eco Santé OCDE.

Les bases de données Eco-Santé sont mises à jour régulièrement, intègrent les dernières données disponibles et proposent des séries longues, depuis 1970, dans la mesure du possible.
source : ecosante.fr -

mercredi 6 octobre 2010

MediPedia, l'encyclopédie des maladies, certifié HON

MediPedia, l'encyclopédie des maladies. Portail de sites santé monothématiques permettant au patient de s’informer sur sa maladie, ses causes et ses traitements, et de s’abonner à une e-newsletter d’actualité sur la pathologie.
MediPedia est certifié HON.

MediPedia, l'encyclopédie des maladies
- cliquer sur l'image pour l'agrandir -
La rédaction du site medipedia.be est dirigée par un médecin et composée de journalistes médicaux.
Le contenu du site est original, rédigé par l'un de ses auteurs ou validé par la rédaction du site.
Elle s’efforce de fournir une information scientifiquement valide, actualisée, neutre et accessible pour le grand public.
source : MediPedia - ViVio -

mardi 5 octobre 2010

LVL MEDICAL choisit MEDPASSPORT pour son extranet destiné aux médecins pour un meilleur suivi des patients

VOLUNTIS medpassport logiciel relation patient27 septembre 2010 - LVL MEDICAL, leader de l’assistance médicale à domicile et VOLUNTIS, éditeur de logiciels de Gestion de la Relation Patients (PRM) annoncent la mise en place d’un extranet dédié aux médecins afin d’assurer le suivi des patients à travers la plateforme logicielle medpassport...

[...]

...LVL MEDICAL recentre la mission du médecin sur son expertise grâce au portail medpassport

Face à une décroissance du nombre de médecins en France, et pour aider les praticiens à conserver une offre de soins de qualité, LVL Medical a souhaité leur proposer de s’affranchir de tâches administratives chronophages et contraignantes et de se recentrer sur leur expertise et sur le patient.

« Nous avons été confrontés à une forte demande : celle des médecins qui souhaitent davantage de transparence sur les suivis patients, de remontée d’informations sur les indicateurs d’observance leur permettant d’ajuster et de corriger rapidement leur prescription dans le souci d’une meilleure prise en charge.», souligne M. Larbi Hamidi, Directeur Général Adjoint de LVL Médical.

« Notre choix s’est porté sur VOLUNTIS qui avait pour nous les compétences et l’expertise du secteur de la santé. La souplesse et l’adaptabilité de medpassport nous a permis d’étendre les fonctionnalités de notre portail de l’assistance respiratoire à l’ensemble de nos champs d’actions : la nutrition et le diabète »

Avec le portail medpassport, les médecins prescripteurs ont un accès simple et pratique aux données de leurs patients. Les informations recueillies au domicile des patients et entrées dans le Système d’Information de LVL MEDICAL sont mises à disposition des prescripteurs directement sur l’extranet.

« Grâce à VOLUNTIS, nous avons développé un outil qui nous permet aujourd’hui d’échanger de façon réactive avec les médecins sur la prise en charge et le traitement à domicile apportant une meilleure coordination des soins et une sécurité optimisée. », ajoute M. Larbi Hamidi.




Un service de qualité, des prescripteurs satisfaits

A ce jour, 489 médecins ont accès au portail « medpassport po ur LVL MEDICAL » et 16300 dossiers patients sont consultables.

Le portail medpassport permet donc aujourd’hui aux prescripteurs de visualiser de façon synthétique et rapide le rapport de l’équipe soignante à domicile : historiques des prescriptions médicales, relevés détaillés sur l’utilisation du matériel, consommables…
Ils peuvent également suivre le traitement du patient et renouveler une prescription en remplissant directement un formulaire pdf.

Une alerte peut être envoyée aux prescripteurs pour notifier toute anomalie médicale, ou tout patient non observant. Une meilleure coordination et la traçabilité des informations assurent ainsi une meilleure sécurité pour les patients... lire tout le communiqué de presse VOLUNTIS -